La fièvre, une amie chère

De nos jours, la fièvre est souvent mal appréciée. En réalité, elle est le résultat de nombreux efforts que fait l’organisme pour lutter contre une infection ou un empoisonnement. L’organisme va intensifier différentes fonctions organiques impliquées dans le système de défense  qui alors chaufferont le corps, d’où l’augmentation de la température. Malheureusement, trop peu de personnes connaissent les bienfaits de la fièvre. Chercher à faire passer la fièvre revient empêcher les actions curatives naturelles mises en place par l’organisme.

Sachez que la température idéale pour le corps humain est de 37°C. Cette température permet aux transformations chimiques de se faire et aux organes de fonctionner au mieux. Le corps travaille continuellement pour conserver sa température à ce niveau,  c’est ce qu’on appelle l’homéostasie. Le juste équilibre!

Où la mesurer

Il existe différents endroits du corps humain où se rapprocher le plus de la température centrale du corps (37°C) :

  • L’aisselle (site le plus courant car le moins invasif)
  • La bouche (sous la langue)
  • Le rectum
  • L’oreille (le tympan)

Les différents niveaux

Quand les organes du corps travaillent ardemment à combattre une infection ou  un empoisonnement, une augmentation de la température centrale en résulte. Si celle-ci s’élève d’un degré de plus que la normale de 37°C, on parle alors de fièvre. Il existe différents niveaux d’intensité de la fièvre :

  • 38,1 à 38,5°C = fièvre légère
  • 38,6°C à 39,0°C = fièvre modéré
  • 39,1 à 39,9°C = fièvre forte
  • 40°C et plus = fièvre très forte

Ses bienfaits

Mais malheureusement quand la fièvre arrive, beaucoup de personnes paniquent et cherchent à faire tomber la fièvre. Et généralement à coup de paracétamol, un médicament pas si anodin sur l’organisme. Cependant, la fièvre n’est pas une ennemie à abattre ! Elle n’est que le résultat des réactions défensives générées par l’organisme. Couper la fièvre, c’est couper notre système de défense. Elle nous apporte de nombreux bienfaits :

  • Brûler les toxines
  • Éliminer les toxines
  • Affaiblir les microbes par la chaleur
  • Stimuler le système immunitaire
  • Accélérer le transport des globules blancs vers le lieu de l’infection

Important de savoir que la fièvre passe par 3 étapes. Dans la première, elle se met en place, dans la deuxième, elle atteint de hauts sommets afin de « brûler » les poisons et les microbes. La dernière étape est caractérisée par de fortes éliminations de toxines et la chute de la température.

  • 1ère étape : la fièvre monte
  • 2ème étape : la fièvre atteint son pic
  • 3ème étape : la température chute

Décider de ne pas prendre de paracétamol et laisser faire la nature, ne veut pas dire se déresponsabiliser de toute action. La fièvre doit tout de même être surveillée et tempérée lorsqu’elle s’élève trop haut ou qu’elle dure trop longtemps. Sinon elle risquerait d’épuiser le malade voir de le mettre en danger.

Les signes montrant qu’il faut la baisser

  • Lorsque la température est trop élevée, soit à partir de 39°C
  • Lorsque la fièvre est sans rémissions
  • En cas de douleurs intenses
  • Si il y a des spasmes
  • Si le malade délire
  • En cas de forts maux de tête

Gérer la fièvre

Il est essentiel pendant la maladie d’adopter une bonne hygiène avec du repos et du calme dans une pièce aérée… Cette bonne hygiène contribuera au bien-être du malade et à sa guérison.

L’hydropthérapie

Des applications hydrothérapiques froides permettent de contrôler la température, c’est-à-dire de la baisser sans la couper, lorsque cette dernière est trop élevée.

  • Lotion froide (avec un gant de toilettes trempé dans une eau entre 15 et 25°C)
  • L’enveloppement des mollets (avec serviettes trempées dans une eau entre 15 et 25°C)
  • Le demi-bain tiède (Jusqu’à hauteur des hanches)

L’alimentation

Tout comme la fièvre qui a 3 phases, l’alimentation doit aussi se faire en 3 étapes :

  • Liquide
    • Eaux de source, infusions, bouillons de légumes, jus de légumes…
    • Eau de riz en cas de diarrhée
  • Fluide
    • Légumes cuits
    • Farineux digests
  • Solide
    • Protéines légères
    • Légumes cuits
    • Farineux

Si la température repart de plus belle c’est qu’on est allé trop vite dans les étapes, n’hésitez pas à revenir sur une alimentation liquide ou fluide.

Les lavements

Parfois, une vidange de l’intestin avec une poire à lavement s’avère indispensable pendant la fièvre pour diminuer la quantité de déchets que la fièvre doit « brûler ». Car si il y a des déchets qui stagnent dans les intestins l’organisme s’épuise également à « bruler » les toxines produites.

Les techniques hydrothérapiques et diététiques doivent être adaptées à chaque malade et à chaque situation spécifique qui se présente au cours de la fièvre.

Phytothérapie

L’usage de remèdes naturels en cas de fièvre peuvent se surajouter mais ne doivent pas non plus interrompre la fièvre totalement. Certaines plantes comme le Saul Blanc (en décoction) et la Reine-des-Prés (en infusion) qui sont sudorifiques aident le corps à transpirer et éliminer les toxines.

En savoir plus

Pour plus d’informations, je vous recommande le livre “La fièvre, une amie à respecter” de Christopher Vasey, naturopathe installé en Suisse. Du même auteur, j’ai lu “Equilibre Acido-Basique” qui est très bien.

*

Facebook

Hey! Inscris-toi à la newsletter pour ne rien manquer!
Placeholder Placeholder


2 thoughts on “La fièvre, une amie chère”

Quelque chose à dire? Laisser donc un commentaire! Je le lirai avec plaisir :)